Le passe-temps ferroviaire est vaste. Très vaste même. En fait, lorsqu’on y plonge tête première, on se rend vite compte qu’une vie n’est pas suffisante pour en faire le tour. Comment définir les multiples intérêts des gens dont le chemin de fer a éveillé chez eux une passion irrésistible?

Pour tenter de répondre à cette question, j’ai développé un modèle. Bon, je ne suis pas psychologue de formation, mais je crois que la théorie que je vais vous soumettre peut aider à comprendre où vous vous situez.

Comme on peut le voir, les amateurs de trains se divisent en trois pôles très distincts qui se caractérisent comme suit :

Spectre du modéliste

Spectre du modéliste

 

 

Railfan

·         S’intéresse aux véritables chemins de fer sous plusieurs formes : photographie, observation des opérations, histoire, technique, etc.

·         Mis à part ceux qui font de la photographie, les railfans ne possèdent pas de talents artistiques particuliers pour son hobby.

·         Se sert grandement de l’internet pour le partage et la recherche de ses informations
Pratique son hobby généralement seul, ou en petit groupe. Des
happenings de plusieurs individus ont lieu sporadiquement.

Modéliste

·         Le chemin de fer est un prétexte à l’exercice de ses talents.

·         L’exploitation de ses nombreux talents (peinture, menuiserie, maquettisme de détail, etc.) est fondée sur la recherche et ses connaissances, parfois limitées, des véritables chemins de fer.

·         L’internet n’est qu’un outil de recherche (très marginale dans certain cas) parmi tant d’autres: livres, cliniques, expositions, etc.

·         Malgré qu’une majorité de modélistes pratiquent leur hobby en solitaire à leur domicile, les plus actifs se regroupent en club ou association, afin de fusionner les efforts et de multiplier la somme des expertises.

Simmers

·         L’internet occupe la majeure, sinon la totalité de ces canaux de communications.

·         Il participe rarement à des réunions in visu avec d’autres simmers.

·         Ce sont des gens possédant une très grande créativité, jumelée à un bon talent artistique, et un côté technique très fort, particulièrement en informatique.

Pôles

Chacun des trois pôles a sa couleur. Peu importe où vous vous déplacez dans le triangle, vous ne pouvez pas être composé uniquement d’une seule couleur de base (rouge, vert ou bleu), sauf si vous vous tenez directement sur un des trois pôles.

Quand j’ai parlé du mariage parfois difficile entre railfans et modélistes, le triangle le montre bien: impossible de plier le triangle pour qu’un pôle se superpose aux autres sans briser la logique du triangle.

Il y a fort probablement moins de 1% des amateurs de trains qui se tiennent sur un pôle, c’est-à-dire qui répondent parfaitement, et uniquement à la description du pôle que j’en fais.

Le centre du triangle est aussi une région très peu fréquentée, car très peu de gens partagent un intérêt égal entre les trois pôles.

Enfin, remarquez que le pôle bleu (simulateur) est moins influent que les deux autres, car son attraction est moins forte. Il est aussi rarement utilisé comme porte d’accès au triangle, ce qui explique pourquoi les deux autres couleurs entrent plus profondément dans le territoire bleu.

Le centre du triangle est composé d’un cercle mauve. Ce cercle représente la recherche du détail, que ce soit le détail sur une locomotive, sur le fonctionnement de la signalisation, sur les opérations, etc.

Le cercle mauve est très important, car la majorité des individus, lorsqu’ils se rendent au cercle central, poursuit leur route (grâce à une sorte d’inertie de la curiosité) vers un autre pôle. Certains reviennent sur leurs pas, d’autres pas. Ainsi, on voit des modélistes vendre leur maquette pour acquérir un balayeur d’ondes, ou des railfans mettre au rancart des calepins de notes pour acquérir une première loco HO.

Ainsi, un « pur modéliste », recherchant un détail sur une locomotive, pourra découvrir le mode des simulateurs. Un simmers, voulant monter un scénario à la perfection, poursuivra sa route vers le pôle « railfan » en se rendant faire de l’observation sur le terrain. Etc.

Les individus ne sont pas statiques. Et la vitesse de déplacement de chaque individu varie en fonction de ses occupations extra-hobby, comme la famille, le travail, motivation, etc.

Grille

Si je cite mon exemple personnel, et que je superpose une grille au schéma pour mieux suivre la conversation, voici ce que ça donne :

Sêctre du modéliste

Sêctre du modéliste

0-8 ans : Ignorant totalement le modélisme, et bien avant l’ère des jeux informatisés, j’ai eu la piqûre des trains en regardant les vrais. Je suis donc entré dans le triangle à la case A.

8 ans : Premier train électrique. Sans pouvoir de déplacement pour observer les vrais trains, j’ai presque immédiatement sauté à la case KK.

8-15 ans : Ma seule source d’information étant la télévision et les rares fois où je voyais un train à un passage à niveau en allant à l’école, je me suis graduellement déplacé vers DD, puis W.

15-17 ans: En virant des boulettes chez McDo, j’ai maintenant un revenu. Constatant que je ne possède aucun talent en maquettisme, et que les trains miniatures sont tout de même une reproduction fidèle des vrais, je me consacre à acheter du matériel roulant et l’exploiter comme les vrais. Je monte les cases P, Q, K.

17-21 ans : Jonquière, puis Montréal. Je peux maintenant me déplacer et observer les vrais trains. N’ayant pas de place en appartement, les miniatures perdent de l’intérêt. Cases L, H, E.

21-26 ans : Je découvre le N-scale et un club. On me montre (et me prouve!) que même sans talent, avec un peu de volonté et de technique, on peut faire de grandes et belles choses! Allez hop! on s’en va à la DD.

26-30 ans : L’ère des simulateurs « sérieux » débute. Curieux de nature et voulant vivre l’aventure “de l’intérieur” le plus possible, on marche sur les cases EE, X, Y, T… Comme je n’ai aucun talent de modéliste informatique, je ne suis pas descendu si bas que ça vers SS.

30 ans à aujourd’hui : Après un bref flirte avec la lettre A, me voilà de retour dans le giron de E, H, I, M

Donc en gros, voilà comment j’explique ou je me situe entre « Railfan » et « modélisme ».

Quelle est votre case?